Il est doux le temps consacrés à nos amis. Comme la pluie qui ruisselle et gorge la terre d'une étrange saveur. Soyons fidèle et gardons en nous la douceur des heures passées ensembles. Y-L

Essaie, fautes comprises. j'écris mes livres et nouvelles Les âmes changent, les regards aussi, qu'importe le temps passer ici, le temps se fait court et je cours après..Y-L

09 mars 2017 ~ 1 Commentaire

Gilles deleuze.

La pensée a pour sens d’expérimenter de nouvelles capacités de vie. Elle nous projette dans un nouvel espace. L’espace d’une pensée allant jusqu’au bout de ce que peut la vie.

23 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Mon monde à l’envers.4.

Après le clic caractéristique de fermeture des portes, j’ouvre ma besace et je prends la lettre. Les mots me frappent directement tant ils son percutant. « Quoi! C’est à n’y rien comprendre, ce charabia me met les boules et je sens la colère qui grimpe en moi, j’ai envie de froisser ce tissu d’ineptie. Je lève les yeux pour voir Oncle…ouais Oncle Claude…si vraiment ce que j’ai lu est exacte alors…cet homme là, n’est pas mon oncle-mes frères,ne sont pas mes frères, mes parents pas mes parents, mes grands-parents pas mes grands-parents l’envie de hurler me titille le fond de la gorge et mon humeur devient exécrable.

Oncle Claude me souris gentiment, son sourire est contrit genre celui que l’on offre à quelqu’un qui vient de recevoir une grosse claque dans la gueule…j’en reste comme deux ronds de flan, je suis épuisée…pourquoi à moi,hein! Oncle Claude me fait signe de continuer à lire la lettre et il retourne vers les seins qui ne sont plus les miens, pourquoi maintenant! Je suis au bord de la rupture et l’envie de tout casser fait place à l’envie de braire comme un âne abandonner, j’ai si mal et peur en même temps que j’ai du mal à respirer.

Le numéro de téléphone qui est joint à ce courrier semble me narguer. Je le fixe et me surprend à le penser néfaste pour moi puis, d’un geste rageur,je fais ce numéro et j’attends. A peine deux sonnerie que la voix de Monsieur Lambong retentit, puissante presque exaspéré.

_ Allo,ici  Lambong, j’ai pas trop de temps là donc faites court s’il vous plait!
_ Oui, c’est moi professeur, rappelais moi si vous avez le temps pour ça et je raccroche d’un doigt rageur.La sonnerie retentit et maugréant je me dis qu’elle va changer car, elle me tape soudain sur les nerfs que j’ai à vif

._ Ouais!_ Ah Mau désolé, écoutes moi c’est pas après toi que j’en avais, j’ai pas reconnu le numéro
_ Oui professeur, votre temps est..
_ Attends Mau, je vais t’expliquer mais, pas au téléphone petite, il y a trop d’impératif et d’interrogation sur le sujet pour répondre ça au téléphone . Tu rentres quand chez toi Mau?
_ Ben, vers 16h30,17h00 à peu près quoi!
_ Bien, cela ne te dérange pas que je passe te voir et qu’on discute chez toi dis?
_ Je sais pas Monsieur Lambong, pourquoi vous voulez venir chez moi le soir,pourquoi pas demain matin?

_ Trop tard petite, il sera trop tard, c’est important Mau, tu sais que ta grand-mère t’aime beaucoup n’est ce pas et que ce n’est pas ce qui vient de t’être révélé qui va changer quoi que ce soit pour elle, pour toi oui, pour elle jamais, tu le comprends ça hein Mau?
_ Je crois , oui, je crois que c’est possible professeur mais…
_ Non, Mau, non pas au téléphone, attends moi chez toi…Claude peut venir si cela te rassure d’acord Mau? Son insistance fit que je pris sur moi et accepter de le recevoir, bien qu’un vilain pressentiment me vrille le coeur , je devais savoir.
_ Flute professeur, flute mais oui je suis d’accord, vers cinq heures oui?
_ Hum! on va faire comme ça Mau à tout à l’heure et Mau! Restes avec ton oncle c’est important ça aussi.

 

Il raccrocha et mon coeur tambourina dans ma poitrine, c’est quoi que ce délire là! Oncle Claude revint me voir et toqua à la vitre » tu veux voir tes grands-parents Mau? »
_ Mes grands-parents Claude?_ Ouais petite, ce sont tes grands-parents tout le temps que tu le souhaites et je suis ton oncle Claude tout le temps que tu le souhaites, pour tes frères…tu verras ça avec eux mais, je crois que si tu t’aventure sur ce terrain là avec eux…ce sera très glissant et dangereux tu peux me croire petite.

C’est comme tu le sent, comme tu le veux. Aller Mau, viens avec moi, tu iras mieux ou pas après mais au moins tu y verras un peu plus claire. J’en doutais mais, je pris sur moi et j’étais fébrile mais, ils étaient ma famille et tout conte fais j’avais hate de les voir de savoir qu’ils allaient bien; et si je devais partir, il fallait qu’ils sachent pourquoi et moi de même.On traverse de nombreux couloirs,puis, mon oncle bifurque sur la droite, on sort de la clinique et j’en reste baba. On traverse le jardin, on arrive vers un petit pavillon tout ce qu’il y a de plus impersonnel et là Oncle Claude frappe trois fois.

La porte s’ouvre sur une petite frimousse , des yeux pétillant,une bouche ouverte sur un manque flagrant de dents de devant et dans un zozotement celle-ci nous dis en souriant: » venez,entrez,papi et mamie vous attendent.
« Hein!
_ Chutt petite me dis mon oncle, chutt, entre vite.La petite nous précède tout en sautillant et prend sur sa droite. Un salon, et là, mes grands-parents sont assis, ils ont l’air en pleine forme les bougres! Ma grand-mère me tend ses bras en me souriant et je vois des larmes perlées contre ses cils sombre.
_ Viens Mau, viens ,offre moi un baiser mon petit.
_ Grand-mère!
_ Oui, toujours Mau, toujours. Les larmes retenues jusque là coulent et les nez coulent eux aussi, bien vite, c’est un concert de snifs, renifs et snifs qui éclate dans le salon sous l’oeil rieur de la petite fille qui soudain se jette sur moi et me câline , me donnant de doux baisers humides sur mes joues couvertes de larmes.

 


_ Pleure pas, on est bien ensemble et mami va bien pleure pas Mau…
_ Com,comm…comment tu t’appelles hoquetait-je?
_ Manon et mon papa Claude mais, tu le connais puisque tu es venue avec lui…Elle est espiègle cette petite
._ Claude lui sussure un: » Va chercher maman mon coeur tu veux bien? »
_ Dis,si tu veux que je sorte, faut le dire renifle t’elle l’air pincé.
_ Alors reprend Claude…tu veux bien nous laisser un petit moment mon chat?
_ Miaouuu fait-elle puis elle sort sur un grand rire.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume