07 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Je t’ai oublié.

Je venais d’emménager et j’étais fière de mon petit trois pièces…certes, le bailleur semblait inquiet pour moi; mais, que m’importait son opinion, j’avais besoin de ce logement point. Avec deux mois de loyers payés d’avance et un mois de caution, le gaz , l’électricité, l’eau, le net à faire installé ou réinstallé, j’avais du pain sur la planche. Cette petite maison nichée au coeur des immeubles de la cour des miracles comme certains la nomment…garde un petit air tristounet mais moi…j’eus le coup de foudre. Le propriétaire un vieil homme qui n’a plus de famille, désirait la vendre…mais, au vu de son environnement; le notaire lui a fortement conseiller de la louée et pas à n’importe qui! Mazette, savoir que j’ai enfin un semblant de bonne tenue, me réconforte fortement. Après un bon nettoyage, un changement de peinture, des voilages aériens, des meubles clairs, cette petite maison me donne cette chaleur que j’ai perdue. Un soir, un petit chat tout miteux se mit à miauler lamentablement devant ma porte. Je ne dormais pas encore et cette lamentation me vrilla les nerfs…j’allais pour lui flanquer un bon coup de pied, ou , lui jetait un petit caillou quand…ses yeux pers , son pelage mordoré, son air famélique et sa démarche flageolante me pris aux tripes. Râlant contre ceux qui n’ont pas eut le courage de faire le nécessaire pour cette malheureuse bête…je lui ouvrit la porte en grand pensant qu’il allait en profiter pour  entrer tel un conquérant.Non, son corps le lâcha et il se coucha sur le peu de pelouse que possède ma petite maison. Les larmes me vinrent et reniflant, je vais pour le prendre dans mes bras…quand… une voix sourde se fit entendre._ Mademoiselle!  Me tournant vers la voix et craignant un peu l’inconnu, je cherche à percer la noirceur dû aux immeubles en pestant contre moi-même car…j’ai omis d’éclairer la devanture._ Si vous prenez cet animal, me jurez -vous d’en prendre bien soin? Ben là…c’est la meilleur, le souffle couper je vais pour lui dire le fond de ma pensée quand soudainement il s’approche de moi à me frôler, j’ai envie de hurler mais…le cri reste dans ma gorge devant le spectacle qu’il m’offre involontairement. Il n’est pas là pour me faire du mal, je viens de le comprendre. Il est sale certes, il sent le fauve …et, mon nez proteste un peu, j’ouvre la bouche pour respirer. Il me regarde et il me sourit, un sourire à faire fondre l’iceberg le plus dense. J’ose alors un commentaire: » Monsieur, je ne connais pas ce chat, et encore moins ceux qui l’ont traiter ainsi, je voulais…honte à moi, lui jeter un caillou pour le faire taire, tant ses piaulement m’exaspérer mais ouvrant ma porte…le triste spectacle que je vis m’en empêcha…Vous me demandez si…je le prends, d’être sûre de bien m’en occupé, qui êtes-vous donc pour me poser ce genre de question? Ce chat vous appartient? ëtes-vous son propriétaire? » Devant son regard noir, froid, je regarde derrière moi en quête d’un moyen de défense…A t-il perçut ma peur? Je crois que oui, car…il me sourit avec tristesse et son regard reprend un peu de vie ce qui, me rassure…c’est dingue ça, je devrais être prête à hurler de terreur…mais non, j’ai confiance en cet inconnu allez savoir pourquoi! _ Non, et si je connaissais celui qui lui a fait subir toutes ces misères…vous pouvez me croire, il mordrait la poussière et ne serait pas prêt de sitôt à reprendre un animal._ Oups, ça j’en suis presque sûre monsieur. Dites voir, vous croyez qu’il peut.._ Non, il ne peut plus bouger alors…si vous ne pouvez ou ne voulez pas de lui…dîtes le moi, je fais le nécessaire pour qu’il ne souffre plus. Son ton me fit dresser les poils du cou, je frissonne  et il le perçoit._ N’ayez pas peur jeune demoiselle, il n’est pas question de faire cela ici même._ Ne faites rien à cet animal Monsieur, je vais appeler le vétérinaire du quartier,je sais qu’il se déplacera pour moi!_ Si vous le dites, faites-le, je vais attendre avec vous.Et sans me demander si je le souhaite, il s’installe à côté du chat qui tremble de douleur et qui d’un miaulement larmoyant le regarde avec amour oui, c’est de l’amour pur, que je vois dans ces yeux levés vers cet inconnu…quel drôle de spectacle…je sorts mon portable et sans attendre je passe mon coup de fils. Il est tard et j’angoisse car, je sais qu’à partir d’une certaine heure, le coin n’est pas très sûr et c’est un doux euphémisme que de dire cela._ Hum! oui, c’est pour quoi! il est tard vous savez et le cabinet est fermé, est ce une urgence?_ Ah docteur Souilad, c’est moi Chloé Dumont, j’habite la petite maison du .._ Oui jeune fille, vous avez un problème urgent pour m’appeler à cette heure tardive?_ Oh docteur, pouvez-vous venir à la maison c’est un cas spéciale et je ne peux le déplacé, vous serez payé docteur Souilad vous le savez n’est ce pas!_ Hum! bon j’arrive, accordez moi dix petites minutes et je suis là. _ Merci docteur Souilad, j’ai eu à peine le temps de finir ma phrase qu’il a déjà raccroché._ Il arrive._ C’est incroyable, mais, j’attends pour le voir. Ben la confiance règne à ce que je vois…_ Mon instinct et ma bonne éducation du moins ce qu’il m’en reste me fais lui proposer un café. Son air de dire: » tiens elle ose m’offrir quelque chose, très étonnant! »_ Merci, je veux bien._ Vous le prenez comment?_ Sans sucre et noir Mademoiselle Chloé, encore merci._ De rien, de rien…euh voulez-vous un sandwiche…_ Vous feriez ça?_  Rougissant, je lui offre un petit sourire crispé et lui dit: » Écoutez si je vous le propose…c’est que j’ai l’intention de le faire alors vous voulez un sandwiche ou pas! »_ Ce sera avec grand plaisir,merci bien Mademoiselle, oui, merci.Je rentre chez moi, laissant la porte ouverte, il a besoin de lumière pour surveiller ce pauvre chat qui tremble de plus en plus et me fait craindre le pire.Je fais du café et pendant qu’il passe, je prépare une assiette style anglaise. Jambon, saucisson, pain, cornichons, tomate, concombre et carotte râpés…j’ai  pas de salade.Mon assiette en main, j’ajoute des couverts puis je vais  d’un bon pas pour lui donner quand le bruit d’une voiture qui freine sèchement, me fait poser l’assiette sur ma petite table, je sorts vivement et je regarde…il n’est plus là! Pourquoi? Que s’est-il passer? Le chat lui est encore là, il respire avec difficulté et mon coeur se serre devant cette misère. Le bon docteur Souilard est enfin là et avec délicatesse, il ausculte le pauvret._ Dites voir jeune fille, vous allez le garder ce chat?_ Oui docteur, s’il survit, je le garde._ Pourquoi donc, il est tout miteux et à l’agonie, il va vous coûter de l’argent vous devez le comprendre…_ Je comprends bien Docteur, je comprends et j’en prends la responsabilité devant vous._ Alors…c’est bon. Puis il le soigne, il lui injecte un produit, il lui ouvre la gueule et regarde ses dents puis murmure un » si jeune et déjà martyrisé quel tristesse, quels salauds ceux qui t’ont fait subir ça petite, tu vas voir…avec elle tu seras bien tu peux me croire allez petite on y va, sers les dents je t’emmène à l’intérieur tu auras plus chaud et c’est ce qu’il te faut… »Il marmonne et je crois comprendre qu’il s’invite  et en effet, sans me regarder; il porte le chat ou plutôt la chatte à l’intérieur et heureusement que je suivais sinon il aurait fermé…_ Ah! un sandwich! Merci c’est super ça! bon alors si tu la garde…tu lui donneras cela trois fois par jour et quand elle ira mieux, tu pourras la laver…bon tu as de quoi lui faire un bon lit? _ Oui docteur, je vais m’en occuper, dites-moi combien je vous dois! _ Offres moi un café, il sent drôlement bon d’ici et avec cette assiette ce sera parfait._ D’accord docteur.Son café et son assiette manger et bu, il fait ses calculs et bougonne dans sa barbiche puis, il me tend  la facture. J’ai un okay en voyant le prix mais…bonne fille, je ne dis rien, je sorts mon porte-feuille et je vais pour le régler quand….un coup puissant sur la porte nous fait sursauter tous les deux.

Laisser un commentaire

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL