11 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Je t’ai oublié.2.

Le premier coup nous surpris et continuant  de manger tout en faisant du bruit, il finit par hausser ses épaules genre… » je sais pas ce que c’est moi! » puis, montrant le reste de son sandwich, il me dit: » j’ai un souci avec mon estomac, je dois mâcher, mâcher,mâcher ce qui à force finit par faire du bruit, désolé.

Il est contrit et je sais qu’il va me demander quelque chose, je le vois à sa façon de regarder autour de lui.  Je me sens obligé de lui répondre un: » ce n’est pas grave docteur Souilard, je peux comprendre cela. Ouais mais là…il en fait des tonnes et ses yeux furètent partout quand…de nouveau un coup sourd résonne et, nous, nous regardons légèrement effarés par ce coup sommes toute puissant.

 

 

_ Tu attendais quelqu’un petite? _ Non barbuti ais-je avec l’angoisse au fond de la gorge ce qui fit trembloter ma voix quand à mon tour, je demande au docteur un: » et vous docteur! avez-vous donner mon adresse en cas d’urgence? » Il me fait non de la tête et son regard se pose sur la petite bête endormie.
_ Peut-être que quelqu’un sait pour cette petite chose dit-il l’air pas convaincu,puis, changeant de sujet , il osa un: » tu n’aurais pas un petit désert des fois! J’aime finir sur une note sucré, tu as ça? » Riant jaune, je lui répond: » un petit tiramisu fait maison cela vous irez-t-il docteur? »

 

 

_ Miam, miam fit-il puis un coup violent, et un autre encore plus fort nous fait sursauter  . La force de frappe fait trembler la fenêtre de la cuisine. La peur au ventre, je me dirige vers la porte d’entrée le docteur Souilard me suit avec sa tasse de café à la main, me serrant de près…un peu trop près à mon goût.   Pas fière pour deux sous malgré la présence d’un homme à mes côtés. » Je prends mon ton le plus froid pour poser la question:

 

 


_ » Qui es là? Un autre coup résonne et une voix retentit, froide, brutale _ Vous allez ouvrir  oui,ou, non !_ Qui êtes-vous, si vous ne répondez pas…il est hors de question que j’ouvre et si vous insister encore j’appelle les…
_ Je suis Natanaëlle Vonclair et je viens pour mon chat, ouvrez donc cette fichue porte, il fait vraiment froid ce soir. Ouvrant lentement ma porte, je découvre le visage blafard d’une jeune femme, ses lèvres pincées, ses mains se frottant l’une contre l’autre afin de se réchauffer peut-être, ou pour mieux gérer sa colère…allez savoir. Je sent sa colère, sa patience est à bout et elle voudrais bien que j’accède rapidement à sa demande.

 

 

Pourtant j’ose un: » vous désirez madame? »_ Hum! je viens pour le chat. Avez-vous oui ou non récupérer un chat ce soir, l’avez-vous oui ou non fait examiner par le vétérinaire de votre quartier?_ Eh bien oui, il s’agit d’u…elle ne me laissa pas terminer et força le passage d’une façon fort peu cavalière.
_ Dites voir là, vous vous croyez ou?
_ Il fait froid dehors et je n’aime pas le froid, il fallait que j’entre, ou est mon chat?

 


_ Le docteur intervint à ce moment là et tout en  prenant la parole, je le sentais inquiet.
_ Madame Vonclair n’est ce pas! Bien , bien, bien, donc on vous a prévenu que votre chat se trouvait ici c’est cela?

_ Oui répond t-elle d’une voix froide. Son regard scrutateur examine la pièce et cherche à voir ou peut bien être ledit chat._ Donc reprend le docteur, un inconnu vous a dit que votre chat était ici!_ Ecoutez-moi donc, je n’ai pas le temps de jouer aux devinettes, avez-vous oui ou non un chat de type Chalador chez vous?

 

_ Étrangement le docteur Souilard la fixa avec froideur … montant le ton, il lui demanda: » comment s’appel t’il votre chat Madame Vonclair? A t’il une marque spéciale, un poil spécial, bref, quelque chose qui peut nous rassurer quant à vous confier ledit chat?
_ C’est un chat aux poils longs et soyeux, il a une tache ocre sur le dessus de sa tête, il pèse dans les trois bon kilos et ne ronronne pas, il freule. Il répond au nom de Frédéor.

 

_ Eh bien on avance murmure le dr Souilard, on avance. Bien donc ce chat répond à ce drôle de nom, appelez-le Madame!
_ Que, que je l’appel! N’est-il pas blesser au point de vous faire venir aussi tard docteur?_ Certes Madame, mais, je connais cette espèce -là et même à l’agonie, il répondra à son maître ou à sa maîtresse si tel est votre statut Madame Vonclair! Mal à l’aise, elle se dandine un peu puis me regardant fixement dans les yeux, je ressens un picotement le long de ma nuque qui me fait frissonner

 

._ Cessez cela Madame lui dis-je froidement. Elle écarquille les yeux et sa colère se transforme en fureur. Elle déboule dans mon salon bousculent au passage le pauvre docteur qui tout à sa tasse ne l’a pas laisser passer assez vite. Braillant un: » non mais vous êtes malade vous! » Il .pose sa tasse sur le petit guéridon et charge comme un sanglier voulant protéger ses marcassins. Il l’a percute au moment ou elle se tient fixement devant le chat.

 

_ Ce, ce…ce n’est pas mon chat…il s’est tromper …encore une fois, il s’est tromper, ce n’est pas Frédéor._ Bon alors bougonne le dr Souilard, vous avez vu avec votre audace déplacer, excusez-vous
et laissez nous tranquille, votre inqualifiable conduite ne vous sert pas chère Madame Vonclair, je vous le dis tout de go!
_ Oh la ferme toubib.

 

 

Et sur cette aimable parole, elle nous pousse de nouveau et tel un cyclone dévastateur, elle sort enfin de chez moi.A peine prenons nous le temps de respirer que deux nouveaux coups très secs retentissent contre la porte. Là, j’ouvre ma fenêtre et je bêle un « oui! »
Une toute jeune fille blonde aux regard froid me dit: »_ Bonsoir, il est tard je le sais bien,mais, avez-vous trouvé un chat noir? » Décidément ce chat semble avoir une certaine côte.
_ Non Mademoiselle,pas de chat comme celui-là, désolée pour vous. Elle pousse sur ma main et pleurant sans pleurer ma demande: »

_ Puis-je le voir s’il vous plaît? »
_ Eh bien comme vous venez de le dire,il est rard et j’aimerai me coucher: repassez donc demain dans la matiné je serais là, bonsoir Mademoiselle et sèchement cette fois…je boucle ma fenêtre, je suis sur les nerfs.
_ Eh bien petite, ton chat te coûte déjà non? J’offre au docteur un sourire un peu fané.
_ Oui, bon, j’ai compris tu es fatigué bien, bien, bien. Tu fermes bien ta porte et tu ne réponds à personne d’accord?
_ Je crois que je vais faire ça docteur. Cela va allez pour vous?

_ Oh ne t’inquiètes donc pas pour moi et passe une belle nuit petite, appelles moi demain allez ouvre pour que je puisse sortir d’ici. Et sur un bon sourire et une poignée de main, le docteur Souilard s’en alla en me faisant un petit signe genre  » rentre vite » ce que je fis. S’il avait su, je crois qu’il aurait passer la nuit dans la maison avec moi…mais, il ne pouvait savoir et moi non plus.

Laisser un commentaire

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL