12 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Son polar ne trouvait pas d’éditeur…Fin.

Elles se blottirent l’une contre l’autre et se regardèrent un peu perdu…quoi! le jeu prenait-il une autre tournure? Il fallait se rendre à l’évidence Fabrice n’avait plus ce regard doux et le sourire en coin non, là…il avait le visage tendu, le sourire carnassier,les yeux sombres et froids .

 


Il semblait en transe . Que venait-il donc de se passer? Elles se focalisèrent sur le bruit-qui pouvait faire ce genre de bruit et ou était Merdor? Bertille se racla la gorge, tendit son bras et fit claquer son fouet se disant que peut-être ce bruit là ferait reprendre son sang froid à Fabrice…Laurenza essaya son rire et attendit mais…Fabrice lui jeta un regard noir.

Patricia se mouva avec lenteur son uniforme d’infirmière lui collant à la peau , son parfum capiteux envahit l’espace et de sa voix rauque de fumeuse elle demande: » Dis moi mon minet, tu ne veux plus jouer avec nous? » Fabrice froidement lui déclara: » Si ma chatounette, si, bien sûr mais…je pense que les règles du jeu on changer, on va faire un tout autre jeu. »

Juliette cria, un cri strident,  le genre qui vous oblige à vous bouchées les oreilles.Puis, tout dérapa. Un choc, une chose gluante, miteuse, feulante dégringola de la cheminée. La poussière, l’odeur âcre de la suie emplit la grande pièce faisant tousser tout le monde.Un « Merdor te voila » fusa de la bouche fardée de rouge carmin de Bertille.

Le chat, était visiblement à l’agonie et son petit corps faisait pitié. Les filles voulurent s’en approchés mais Merdor cracha et feula plus fort. _ Je pense que votre chat les filles va crever et qu’il ne veut pas que vous posiez vos sales pattes sur lui. Un rire cynique, un regard froid, une envie de briser sa belle petite gueule vint chatouillé l’esprit de Bertille oui mais…elle est les autres avaient étés payer pour ce jeu de rôle alors que faire?

Allait-il pousser le jeu au delà du cercle? Quelles étaient les clauses, ou pouvaient-elles dire stop, qui en avait le droit, elle regarda l’heure et se mordit la langue pour ne pas criée…il n’était que 23 heures 45… il fallait tenir jusqu’à 0 heures 15 le pourraient-elles? Bertille regarda ses amies et elle vit le doute et la crainte envahir le visage de celles-ci, qui allait craquer en premier?


Qui allait donner et perdre le magot en premier?Laurenza, Patricia, Juliette étaient des filles hyper forte, c’est pour cela que Bertille avait fait appel à elles…l’appât du gain, le jeu de rôle, une pute, une infirmière, une avocate et une dominatrice chacune devant tenir son rôle à la perfection afin de gagner la forte somme de trente mille euros cach. Laurenza chercha à capter le regard de Fabrice. Elle osa un  » Fabrice, Chou tu viens! »_ Belle petite p… lui répondit-il, tu veux jouer avec moi, alors viens, viens là tout près de moi, à genou …

 

 


Laurenza se mordit les lèvres et son regard chercha auprès de Bertille le secours, celle-ci joua aussi le jeu et demanda: » Fab, je t’ordonne de te mettre en caleçon, fais le fils de chien et maintenant…elle fit claquer son fouet et Fabrice hurla de rire._ Ce n’est pas assez violent chérie, je te domine et pour te le montrer je veux que tu viennes avec Laurenza approchez toutes les deux, j’ordonne et vous obéissez.Patricia joua son va tout et minaudant dit sur un ton professionnel: » Je détecte en vous cher Monsieur une forte propension à l’angoisse, laissez-moi vous examiner et vous apportez un peu de calme. »

 

Elle s’approcha de Fabrice son stéthoscope en main et sa seringue jetant un jet d’eau factice…son léger froncement de sourcil et ses yeux plissés lui donnant l’air d’une personne plus que compétente. Fabrice la laissa s’approcher et dès qu’elle fut près de lui, il lui saisit le bras avec force et la ramena tout contre lui.Elle gémit car Fabrice ne faisait pas semblant. C’est Merdor qui lui permit de s’échapper.

 


Le chat choisit cet instant pour agonir dans un râle puissant , le bruit que fit le chat fit que Fabrice lâcha Patricia afin de voir ce qu’il se passait et Patricia en profita, elle rejoignit ses compagnes et d’un ton très bas murmura: » il est dingue les filles, on doit faire quelque chose, sinon on est mortes, il ne joue pas. Je crois qu’il n’a jamais eut l’intention de jouer. _T’es sûre demanda Bertille?

 

 

_ Onh onh, certaine, il est dingue et ça va mal se finir, l’heure est presque écoulée alors il attend quoi d’après vous hein? C’est le moment que choisi Fabrice alors qu’elles étaient toutes les quatre serrées l’une contre l’autre pour agir. Un étrange sabre luisit soudainement entre ses mains et la danse macabre commença.

( y-l).

Laisser un commentaire

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL