02 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

Il était une fois…

Il était une fois, une mouche si imbue d’elle-même, qu’elle tenait ses chiures pour des points de suspension. Sa condition valant mieux que de vulgaire w.c, la bestiole prit logement  chez le charcutier.
Me voici dans la place jubila t’elle. Qu’el excellent choix, j’avoue que sur ce coup là…les autres vont s’en mordre les ailes de rage.Tout à son affaire m’elle mouche vaquait à ses manies. Voyant un bon morceau de saucisson à l’ail son préféré  elle alla tout naturellement déposé une belle trace de son passage.
Heureuse d’y voir cette manifestation de son art premier, elle se fit un devoir de nettoyer ses ailes. Bourdonnante, exagérant ses postures, elle faisait la belle devant les autres insectes qui colonisaient  depuis peu la belle charcuterie. Maître Jean Bon de son nom, trouva cette invasion fort déplaisante et lorsqu’il s’aperçut de l’art des plus délicat déposés sur ses beaux morceaux de pâtés, de saucisses, de jambonneaux, de jambon rôtis,il vit rouge.

Noyant sa femme Adèle sous un flot d’invectives divers et variés, il lui  postillonna un: » tu vois,avec ta manie de tout laisser ouvert…on a des saloperies qui pondent, chient et bavent sur nos produits. Imagine si quelqu’un s’en aperçoit hein! On nous enverra ce fichu malappris de Nestor Drafert et avec sa manie du tout propre, il fera fermé notre boutique…t’en dis quoi toi hein femme! »

_ Oh, j’en dis qu’il faut mettre des lampes ainsi, ces bestioles en tous genre se feront grillés…adieu Nestor Drafert, pas de fermeture pour nous. Voila ce que j’en dis. On ne peut vivre les portes fermées, les clients n’aiment pas cela et tu le sais Jean.

 
Bougonnant à qui mieux mieux, il devint soudainement furax. T’imagines le prix, tu nous vois répercuter ce prix sur nos produits? Jamais les clients comprendront cela…C’est la mort pour nous Adèle, c’est la mort Adèle…

Riant à moitié Adèle lui dit: Reste calme Jean, nous en avons vue d’autre depuis qu’on s’est installés ici, c’est pas des moucherons et une chiante mouche qui s’y croit qui, va nous faire mettre la clef sous la porte hein mon bon jean, reste calme va,on va l’avoir.
Elle a beau se tortillée, ou faire la fine…cette mouche sera bientôt grillée,ça mon Jean, tu peux y croire. Frottant leur mains, les deux complices de ce coup fumeux, se sourirent et sans vergogne commandèrent les lampes.
 

Deux jours plus tard, Jean installa deux lampes bleu, elles sont magnifique se dit mouche, oh! comme c’est aimable d’installé pour moi ces lampes de stars.Voyant là un gage de sa splendeur et de son art, mouche s’empressa le soir venu de laisser sa trace sur la partie noble de l’écran.Puis, n’y tenant plus, elle s’approcha de plus en plus de cette beauté bleu, cela la fascinée de voir comment elle pouvait se refléter sur les murs. Bondissante, elle s’envola afin d’être plus près de la lumière. Stchaccc.
y-l.
sur une idée de Pascal Perrat.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume