12 janvier 2018 ~ Commentaires fermés

Convoitée.(sf)

Deux

Je lève la tête,mon regard se trouve à auteur de ses lèvres rouge sombre, bien dessinées, le menton carré, une barbe de trois jours au moins, je relève plus haut ma tête et là… je percute. Des yeux sombres avec une trace d’or à l’intérieur, des cheveux d’or et des cils parfait ( c’est pas juste).

Un bel homme musclé mais pas trop, bien hummm oui très bien même. Il me scrute et lentement ses lèvres s’étirent sur un petit rictus. Il me susurre à l’oreille et son souffle chaud soulève mes fins cheveux, mes poils se dressent. Il me donne chaud. »_C’est le plus méchant de nous trois fillette alors…réponds-lui après, tu seras libre c’est promis.

Luc te l’a bien dit non? » Je hoche la tête mais, je suis pas certaine qu’il tiendra sa promesse. Il me lâche et je titube. Le vent qui s’élève soudainement me donne la chair de poule. J’ai envie de courir de me cacher, de hurler  » à l’aide, viens me chercher » mais, aucuns sons ne sort de ma bouche…mes lèvres sont closes…serrées,mon esprit se glace,peur…j’ai peur…l’angoisse m’étreint de ses bras sombres et je me sent partir.

_Luc! Attrape-là, elle tombe ». C’est tout ce que j’entends puis, des bras puissants qui s’enroulent autour de moi me soutenant, me pressant conte une poitrine tiède, l’odeur qui s’échappe de ce corps là est différente, très différente. Le parfum est subtil,frais, très épicé, des agrumes et une toute petite note de cuir.

Une voix grave,puissante se fait entendre elle gronde dans cette poitrine, est ce Luc? Non! Cette odeur n’est pas la sienne ni celle du troisième homme ni du deuxième-Alors?Qui? Il ne fait pas partis de ce trios car, ces bras là sont protecteur. Il n’y a pas de vilenie dans cette étreinte, une sensation de pure confiance avec un petit soupçon mais tout petit de méfiance, trouve sa place dans mon esprit chamboulé.

Puis un _ »Oh mec t’es qui toi, rends-nous notre petite et dégage,t’as pas vu qu’on discute-là? En moi je pense…non,non, ne me laisse pas avec eux… La voix s’élève de nouveau, elle n’est pas forte et pourtant en elle une force phénoménale se tapit._Elle n’est pas à vous, elle ne vous appartient pas. Dès qu’elle ira mieux, elle retournera vers ses amies et vous la laisserez faire, sinon…

_Hé! Quoi? Tu vas nous faire quoi mec? T’as pas vu hein, on est trois et t’es tout seul…tu te crois plus fort sans doute mais…ce sera pas le cas mon pote alors…dégage,laisses la demoiselle avec nous et tchao va voir ailleurs si on y est. L’homme qui me tient dans ses bras se mit à rire.Un rire bas, sombre,menaçant. Luc le comprit ainsi que le troisième homme qui s’appelle Marcus,(je le sais maintenant).

Ils se rapprochent du petit teigneux ( Al pour Alibert) me doute qu’il préfère qu’on l’appel Al, son nom sonne grave. Luc et Marcus lui prennent les bras et doucement lui murmure un : » ça vos pas le coup Al, viens on se barre d’ici-La lune arrive mec,on n’a pas le temps de s’arrêter.

Trois.

Il faut y aller sinon …on n’aura plus rien à se mettre sous la dent et dans nos lits. Le mec qui la garde ne rigole pas Marcus et moi on ne le sent pas du tout. Si tu veux jouer au con mec c’est ton problème pas le nôtre…alors décide toi tout de suite. Marcus et moi on va commencer et c’est pas du tout l’endroit qu’il faut, regarde tes mains Al dis nous ce que tu vois!

La colère faisait tremblé Luc,du moins…je crois que c’est la colère qui fait que Marcus, Luc et Al tremblent, des soubresauts les font se percutés les uns les autres soudain Marcus lâche Al un grondement l’accompagne alors qu’il s’enfuit vers la rivière.

un plouf retentit Luc lâche à son tour un Al plus arrogant et secoué de tremblement pour à son tour s’enfuir vers la rivière. Il est seul. Son regard est froid, troublant. La haine semble l’habitait. Sa voix grince et ses mots semblent hachés,hachurés presque mâchés.

_ » Je te retrouverai mec, tu vas comprendre ta douleur, crois-moi,tu vas regretter ton intervention ». Mon sauveur ricana._ Quand tu veux petit loupiot, quand tu veux, dis bonjour à Alexandre. Al frissonna , ses yeux devinrent deux braises ardentes, ses dents blanches, visibles dans son rictus me fit un effet incroyable…j’eus l’impression de voir Nougat mon molosse quant ‘il se met en rogne contre le chien de mon voisin ou plutôt du chien du voisin de mes parents…

il se met alors à grondé, à bavé à montré ses crocs d’un air si menaçant que le voisin à prévu de porter plainte et de faire euthanasier mon chien pourtant très docile. Cela mit le vétérinaire dans une colère monstre et il porta plainte contre Monsieur Trévor Tramdol pour menace sur un animal n’ayant aucun passif agressif, bon tout cela pour dire que ce cher Trévor va déménager dans le mois et j’en suis ravie pour Nougat et pour mes parents.

L’horreur dans tous ça c’est que ce cinglé a vendu sa maison à un couple charmant ayant des jumelles d’un an et…deux chatons de six mois. Grâce divine, Nougat aime par dessus-tout les chats…c’est un grand mystère mais c’est comme ça. Par contre les enfants! Ben là…c’est la grande interrogation.

Al pour en revenir à lui, proféra encore quelques jurons bien salés et s’enfuit à son tour. je fais encore quelques instants celle qui est évanouie pour profité de ces bras, cette poitrine, ces muscles que je sent tendus, de cette douce odeur, ben oui quoi, je suis bien là à l’abri du vent, du froid de novembre.

Le rire bas de l’homme se fait entendre de nouveau…à part que là…il est doux, très doux à mes oreilles._ Aller petite, je sais que tu vas bien, ne fais pas semblant, je dois te ramener…tu es d’accord avec ça?
y-l.

Les Commentaires sont fermés.

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL