26 septembre 2018 ~ 0 Commentaire

Perversité dans l’arène.4-5.

Une main m’agrippe, d’un geste je frappe cette main,pour qui se prend t’il?
_Oh arrêtes t’es pas le nombril du monde, je voulais juste te demander si tu sais ce qu’il va te demander?D’un oeil froid je le fixe, il semble mal à l’aise,bien…il va peut-être m’écouter!
_Tu sais pourtant qui je suis, même si ton cerveau a du mal avec le concept… n’as tu rien entendu sur moi, sur ma façon de rester en vie?
Il hausse ses épaules le regard tourné vers le monticule cherchant à voir à travers les broussailles enchevêtrées les une aux autres comme autant d’obstacles à vaincre.

Il m’écoute que d’une oreille. Je lui tord le bras afin qu’il se reprenne et revienne vers l’instant présent. Il hurle, je le lâche,je lui assène un: » ne me touche pas, sans que je sache que c’est toi. La prochaine fois tu peux te retrouver avec le sourire autour du cou,tu piges ça! Compris?

_Bof,t’as pas d’arme, comment veux tu me là…il devient si pâle que même la princesse Resalinda est plus bronzé que lui. Je tiens dans ma main gauche une lame si effilée qu’il se demande ou je la range…mais, ce qui le fait frémir à retardement, c’est la trace de rouge qui habille cette lame.

Il touche son cou, regarde sa main, un peu de sang nimbe cette main. Il claque des dents, je le force à s’asseoir sur le tas de pierre qui se trouve là ou je l’ai laisser la dernière fois. Il me regarde,ses yeux sont brillant, sa peur suinte. Je me fais farouche guerrière,c’est la seule façon pour qu’il comprenne qu’ici…il doit me prendre au sérieux sinon!

_Tu l’aurai fait? Tu sais qui je suis,non! Tu l’aurai fait?
_Oui. Mon oui froid,sec,mordant le fait frémir.
_Ici si quelque chose se pose sur toi, il y a danger…réagis vite si tu veux survivre.
_J’ai payé pour ça, non, j’ai pas payé pour ça. il se balance d’avant en arrière. je dois lui redonner le courage qu’il vient de perdre.

_Lèves-toi vite! Il nous attend à moins que ce ne soit « elle », je ne sais jamais avec le sphinx.Allez lèves-toi ou tu vas encore voir et subir bien pire que ce que tu viens d’avoir à l’instant.
Il se lève flageolant, sur ses gardes. Son regard sur moi est inquiet. « Bien pensais-je, gardes cela à l’esprit et on pourra avancer ». Je lui montre ma main…j’ai rien alors je le saisit,il bronche mais ne se refuse pas.

On avance d’un bond pas puis nous franchissons la haie de broussailles, ça pique, ça déchire mais nous passons.Elle est là, assise sur son séant la gueule ouverte, les yeux brillant. Elle est tendue, quelque chose ne va pas…je le vois à cette façon qu’elle a de comprimée sa trachée.

_Que se passe t’il?
Elle me fixe et sa voix nébuleuse me parvient…
_Un piège pour toi, un piège pour lui, une mascarade funeste ».
_Bien, je te remercie.
Il n’est pas à l’écoute, il se dresse et aboie: » dis nous sphinx ce que nous devons accomplir afin de progresser dans nôtre quête?
Non mais,il se croit ou lui, dans un jeu vidéo? ( oui,moi je sais ce que c’est,lui!! j’ai un gros doute).

Elle le regarde comme s’il n’était qu’un vulgaire moucheron bien gras à gober. Ses yeux à facettes brillent comme autant de petits miroirs. Un lent sourire carnassier étire ses lèvres dévoilant ses dents pointues. Ce sourire carnassier à l’air de faire entendre raison au petit bonhomme qui se fige. Je hausse mes épaules. Je reprends d’une voix agréable.

_je te demande pardon pour ce petit intermède…il ne sait pas se tenir. Il lui reste encore beaucoup à apprendre.
Elle semble réfléchir à mes paroles puis, elle hausse ses sourcils, ses lèvres s’étirent un peu plus, elle sourit…je respire. Elle accepte les excuses. Lui? Lui, ben il veut à nouveau s’exprimé, je le fixe méchamment tout en lui disant

_Il est préférable que je gère cette rencontre…à moins que tu ne désire lui servir de repas?
Là! Il est plus raide qu’un piquet…s’il pouvait disparaître dix minutes cela me soulagerais,il ne voit donc pas qu’elle est à deux doigt de le croqué? Pauvre taré,pourquoi donc à t’il fallu que moi la dernière je me coltine ce genre de boulet?

Dans ma tête la voix un peu rauque du sphinx retentit: »un piège pour toi plus que pour lui, penses à ce que tu as laisser ici,penses bien,je t’apprécie dernière guerrière d’un temps éteins. » HOula la.

_Sublima as-tu quelque chose à me dire?
_Hum! Quelle délicieuse appellation,personne ne m’a jamais appeler ainsi…j’aime,redis-le?
_Bellissima cela fait deux fois que nous jouons ensemble, notre dernière joute s’est bien passé et je t’en remercie du fond de mon coeur. Grâce à ta bienveillance, Sublima j’ai gagné de précieuse minutes.Merci Mayadhay.
_Tu connais mon nom petite! Quelle belle chose que voila. Sais-tu que tu es la seule à m’avoir remercier,à avoir eu l’audace de me mentir?
_Oui
_Je vois que tu es au courant de cela,bien petite, dis moi…combien de temps dure une vie qui passe dans l’arène?
_Que se passe t’il? Bellissima tu es sûre?
_Oui petite.

Là, elle a repris sa voix de sphinx. Je dois redoublée d’attention. Ses yeux ont la teinte fauve et son pelage s’est assombri. Je ne dois pas faire d’erreur. Oui mais l’autre,l’imbécile de service éprouve à ce moment là une petite soif. Il défait de son dos, son sac , il s’ébroue et zou il tire sur le lacet de fermeture…il sort l’une de ses gourdes,l’ouvre,la porte à sa bouche…manque de pot…elle est vide!
Et c’est là que tout se déclenche!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL