14 mai 2019 ~ 0 Commentaire

J’ai dans ma mèmoire…

trois tiroirs. un grand pour le passé, un moyen pour le présent, un petit pour l’avenir. Hier j’ai voulu ouvrir celui du présent afin de remettre de l’ordre dans mes dernières idées ( traductions) mais, impossible d’en retrouver soit disant le code. je vous explique… après trois essais qui, me mette une forte pression, j’en essai une dernière et là… je pète un câble, si, si!

Non, je n’ai pas perdu la mémoire. Code inaccessible. Pourquoi? J’ai beau faire et refaire les chiffres, les lettres,les étoiles et autres zigouigoui! Niet, Nada, Que Pouk. Mon ordinateur ne veut pas reconnaître mon mot de passe,pourquoi donc?

Après deux messages à l’admin, on me répond que un: j’aurai perdu ce code, qu’il fallait juste en refaire un autre.
Ben non que je réponds, c’est pas logique car, je suis sûre à cent pour cent de mon code et non je ne l’ai pas logique, cela vient de vous!

Réponse: Code piraté, si je veux sauver mes textes, il me faut réagir et faire un nouveau code plus compliqué que celui ( déjà balèze que j’avais?)que j’utilisais. Ben voyons et mémé elle tricote ses chaussettes avec ses doigts! non mais.

Je ne suis pas compliqué , ou si peu, donc je refais un code validé par l’ordinateur. Bongo, je relance, réponse… Vôtre code n’est pas correct, avez-vous oublié vôtre code?
Furax, je refais un mail et la réponse ne tarde pas.-Refaites un code. Je refuse direct, je veux mon ancien code, je ne suis pas responsable de leur erreur à eux de trouver l’erreur.

Je veux que mes trois tiroirs de sauvegarde me reviennent, réponse: Veuillez nous donner vôtre numéro de téléphone. Ma réponse: Non mais et puis quoi encore! De toute façon , vous avez déjà mon numéro ! Si vous le demandez, c’est que vous n’êtes pas l’admin du site ! De ce fait, je vais porter plainte à la gendarmerie ( bon je peux monter plus haut, mais il n’est pas censer le savoir).

Réponse:Nous venons de récupérer vos données, veuillez nous excusez pour ce contretemps, vôtre code est de nouveau valide. Bonne journée.-Ben voyons mon cochon, si tu crois que je vais en rester là, tu te mets le doigt dans l’oeil. Enfin je récupère mon site avec mes tiroirs. Au vu de ce très mauvais moment passé, c’est décidé, je m’attelle à tout photocopié, fiches et dossiers les uns après les autres ressortent sur papier.

Deux bonnes heures plus tard,mon premier tiroir est bouclé…pour le deuxième c’est plus long, bien plus long. Il se fait tard, je décide de faire une pause. Une douche et un bon repas, la photocopieuse débite, c’est cool. Une salade genre césar, fromage blanc et fruits frais au sirop ahhhh et un café bouclera cette affaire.

Je regarde l’heure: vingt trois heures quarante cinq et flûte ça se fait tard là… Fini pour ce soir , je range mes deux gros dossiers et pour le coup, ils se retrouvent vraiment dans des tiroirs,manque plus que le dernier. Un bruit sourd, j’allume la lumière. Je regarde autour de moi, je sais que je suis seule donc… pas de quoi péter un câble hein!

Mes dossiers sont ce qu’ils sont mais bon pas , rien ou à peine de compromettant , de plus, celui sur le futur n’est pas achevé. Il reste tant à faire, à voir, à dire, à écrire, je peux protégé beaucoup de chose mais, pas tout, c’est difficile de le savoir. Certains paieraient très cher pour avoir celui que je devais feuilleté. Ahhh cette histoire de tiroirs n’était pas si bête. Celui qui me l’a souffler est ‘il de mon côté ou du côté des autres?

Le bruit revient. Mes tiroirs sont blindés, j’ai mes clefs autour de ma cuisse viens donc les chercher. Je respire à fond, j’éteins les lumières, j’attends. Un raclement, un frottement, je relâche mon souffle. Un bruissement, je reste calme. Quelque chose frôle mes pieds pourtant je reste stoïque . Schoilez ne ronronne pas, il reste à mes pieds donc… il y a un intrus chez moi.

Un faisceau de lumière m’aveugle, une main énorme se pose sur ma bouche,une odeur de bergamote titille mon nez. Un schuttt très doux retentit. Okay Charly s’est invité chez moi pourquoi? La lumière éclabousse mon salon. Charly me lâche? Schoilez reste à mes côtés sans bouger, c’est quoi le problème?

_Dis donc tu as du thé à la bergamote? me demande Charly.
_Bien sûr mon grand dans le placard de droite au-dessus du micro-ondes.
-Tu me suis on doit discuté, on a un gros souci; tes tiroirs sont bien bouclés?
_Oh tu sais j’ai déjà remis mes notes à Simon.
_Qui!, Mais pourquoi t’as fais ça?
_Eh bien… c’est mon supérieur, de ce fait toutes mes notes doivent lui revenir.

_Tu lui as donné celle du passé, celles du présent, celles du futur?
_Les deux premières puisqu’elles sot définitives, la dernière n’est pas vraiment construite donc… elle repose au fond d’un tiroir bien à l’abri, enfin pour ce qu’il y a…pas vraiment de quoi en faire tout un plat! Pourquoi tu me demande ça Charly?

_Deralc m’envoie afin que je les récupères.
_Désolée Charly mais tu vas devoir voir ça avec Simon, là ça ne me concerne plus.
_Pourtant tu as vider ton compte il y a peu! J’avais fais en sorte que ton code ne soit plus valable pour toi, j’aurai dû me méfier un peu plus de toi petite!
Mon chat s’en va doucement, il grimpe sur le plan de travail, s’assied sur son derrière. Charly le laisse faire et reporte son regard sur moi. Schoilez se faufile vers mon micro-ondes de sa patte de velours, il appui sur un bouton orange qui, vire au noir. Schoilez saute de son perchoir puis sort par la chatière.

Trois grenades lacrymo fracassent mes vitres du salon. Je me jette par terre. Charly braille, l’une des grenades lui a exploser en pleine face. Un crac retentissant  » ma porte que je braille » avec force avant que de toussé fortement. Quatre hommes en noir armés jusqu’aux dent ( de vrais pirates) entrent et cri « mains en l’air, couchez-vous face contre terre »
Abrutis comment je fais hein? Je me couche comment au sol sans mes mains hein?
_Pas vous Madame, je m’adresse à Charly Fiel. Il est en état d’arrestation pour violation de tiroirs, les vôtres Madame sont ‘ils bien gardés?

_Au poil commandant,ils sont bien au chaud.
Après avoir relevé Charly et menotté comme il faut, le commandant me sourit puis me dit: »

_ Mariane,il est l’heure, réveille toi, tu vas être en retard, n’oublie pas tes cours dans le tiroir de droite. Ton cours d’aujourd’hui c’est celui sur le présent. Allez marmotte même Schoilez est déjà debout. A ce soir trésor ton café t’attend.

Quelque chose de chaud sur ma bouche… oh! un bisou. J’ouvre les yeux sur mon chat qui ronronne, okay tout va bien je peux me lever. Un jour nouveau, une vie entière, un rêve à glisser dans le tiroir du futur on ne sait jamais!
Et vous quel tiroir allez-vous ouvrir ce jour?
y.l
sur une idée de Pascal Perrat.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Jeanne |
dragon ball official web |
Jeunesse MUDEKE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SEJOUR LA BOURBOULE 2010
| L'histoire de Roxie des winx
| Tataouini_BILEL