23 juillet 2019 ~ 0 Commentaire

Un appareil à moudre le temps…

Me promenant en ce dimanche un peu frisquet, je déambule entre ces échoppes toutes différentes qui pourtant, ne me tente pas. Quand soudain, juste au milieu d’un bric à brac et d’un vendeur de meubles en tous genre, un jeune homme me sourit.

Il me semble le connaître, il me tend la main…geste d’invite. Peu de chose sur sa table. Il est vrai qu’il n’a pas beaucoup de place. Que vend t’il donc? Je m’approche, je lui rends son sourire.
_Bonjour Mademoiselle, seriez-vous intéresser par l’un de mes appareils à moudre le temps?

L’envie de rire me prend. Croit ‘il donc à ses dires? Ou donc a t’il vu ce genre d’engin?
_Je vous voie dubitative pourtant, je vous l’assure, si vous achetez l’un de mes appareils…vous ne verrez plus le temps de la même façon. Vous pouvez le tester si cela vous intéresse .
_Mais que me ferait faire cet appareil?
_Aimez-vous les voyages, avez-vous en tête un endroit que vous voudriez à tous pris visité mais que financièrement, ce rêve restera un rêve!
_Oui! j’ai ce genre d’endroit en tête.
_Je peux si vous en avez le temps ‘( sourire en coin) vous y emmenez, le voulez-vous?

_Mais et votre stand?
_Oh il ne s’envolera pas n’ayez crainte, cela ne durera que quelques micro_secondes.Y allons-nous?
avec cette envie folle de rire qui me tient, je me dis que ce bel homme a vraiment un petit grain.Je me prends pourtant au jeu et hochant la tête, je m’approche de lui.

_Ne criez pas tout ira bien.
Il me prend dans ses bras, me serre contre lui, il m’attache à lui puis il prend l’un des appareils, il appui sur un bouton et celui-ci se met à tourner, en un instant, tout devient flou. Le tournis me prend et alors que j’allais rendre mon déjeuné tout s’arrête et je me trouve béatement devant les pieds de cette extravagante cascade d’eau,une beauté sans égale,mes rétines en prennent plein, je suis aux anges.L’un de mes rêves vient de se réalisé, j’en bave par avance et je réalise le potentiel de ce petit joujou.

Pas le temps de respirer que déjà, nous sommes de retour au stand. Je veux comprendre, je veux un appareil rien que pour moi,pour parcourir ce monde que j’aime tant et que faute d’argent je ne peux visité. Alors, je me lance.
_Combien de voyages me permettra t’il de faire, quel est son prix, dois-je le commandé, quel délaie pour en avoir un?
Il me sourit,me tend une petite carte. Surprise je lis ce qu’il y a d’écrit dessus.

« Vous achetez notre appareil à moudre le temps, il a deux fonctions, celle de vous emmenez en avant…et celle de vous emmenez vers l’arrière. Personne ne peut ou ne pourra vous rejoindre, chaque faille qu’ouvrira ce fabuleux appareil sera à vos risques et périls. Réfléchissez-bien! Signez et mettez vos initiales.

Morvent Alexandre fera une photocopie de votre carte d’identité. Quand vous aurez bien voyagé d’un endroit à un autre, laissez-nous vos impressions sur notre site, ce qui vous à plus et ce qui vous a fortement déplut…nous serons alors capable de réajusté notre formidable appareil à moudre le temps.Celui-ci n’est pas remboursable, les voyages sont ceux de votre esprit et en ce sens,il l’appareil moud le temps.

Bon je signe et sans plus attendre, je voyage. Le temps se fait trop court pour moi des vacances c’est ce dont j’ai grandement besoin. Je file, de voyages et voyages, de temps en temps, de l’avant vers l’arrière, je file à folle allure et soudain…

un retour chez moi me saisit. Un reportage à la télévision me balance en pleine face que j’ai perdu trois ans de ma vie. Oh oui j’ai vue des choses que jamais je n’espérais voir, entendue tant et tant de bonnes ou mauvaises nouvelles,participé à des mariages, des naissances, la fin de vie aussi,mangé, bue, eu une vie amoureuse follement passionnante, chanté et dansé bref j’ai bien vécue…

Mais voila, ici la vie à continué sans moi, mon temps est précieux, on m’a trompé, trois années de ma vie sur cette terre m’ont été volé en quelque sorte. Je suis certainement folle mais j’ai envie de fuir de nouveau,de continuer à voyagé et là…je vais le faire à l’envers. Mon appareil fonctionne, très bien, allons voir s’il est capable de m’emmener là ou tout à commencer…

Mail adresser au Fabricant.
Monsieur…
Je viens de comprendre que l’appareil à moudre le temps,me permet de fuir cette vie que je trouve futile. Mes voyages m’ont permis de voir et de comprendre autre chose, là,je vais visité le néant…si je reviens,je lirais votre message via ma boîte mail. Ah oui! Cet appareil est superbe mais un conseil,il n’est pas pour tout le monde…Un esprit fragile n’y résistera pas, la folie reste proche de l’utilisateur…j’en conviens mon penchant pour la fuite fait que je reste accrocher à mon propre monde.

Réponse du fabricant.
Mademoiselle Fergus.
Le temps n’est que file le vent, votre essai se termine dans trente minutes, cessé de voyager sous peine d’être perdue entre deux mondes. L’appareil à moudre le temps nous reviendra, nous sommes les faiseurs du temps. Merci pour votre commentaire … nous en tiendrons compte, nous pourrons bloqué l’appareil afin que le futur voyageur ne puisse voyager autant…après tout…le temps c’est de l’argent. En vous souhaitant un bon retour parmi nous.

Un commentaire perdu.
Je suis en perte l’appareil m’a ramener en 1889…je vous envoie ceci via l’appareil je sais qu’il vous reviendra…je me tiendrais aussi longtemps que possible devant la bastille, venez me chercher,merci.

Monsieur Morvent, ce message nous vient d’une de vos acheteuse, a t’elle comprit que notre besoin de glané les rêves sont nécessaire à notre survie? Ce message démontre une lacune dans vos explications…comment comptez-vous la sortir de ce rêve sans lui ôté la vie?

_La rêveuse se trouve dans le monde du sommeil, je peux la rejoindre, je ne sais si son cerveau résistera mais…oui, je pense que c’est faisable.
_Bien vous avez deux jours après cela…elle sera envoyé en hôpital psychiatrique…le test est probant,nous pouvons continué sur notre lancé…veuillez de votre côté vendre un peu plus d’appareil, ces humains sont vraiment de doux rêveurs.

_Bien mon commandant, ce sera chose faite.
La pauvre jeune femme fit un long séjour en hôpital psychiatrique ses rêves font le bonheur d’une race perdue qui grâce à un appareil à moudre le temps, emmagasiner assez d’essence de vie pour relancé les moteurs de leur vaisseau…ainsi va les rêves, méfions nous de ce genre d’appareil. Nos rêves sont nos propre passage d’un temps à un autre, gardons nous de trop vouloir les partagé, on ne sait pas qui peut les lire…y.l.
Sur une idée de Pascal Perrat.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume