27 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Il était dit sur tous les médias…

Qu’Untel pesait plus d’un million d’euros.
Il se pesa pour voir. La balance oscilla. Purée pesta ‘t’il, j’ai perdu au moins deux mille euros avec les absurdités d’Enéa. Pourquoi faut ‘il toujours qu’elle me balance des légumes avec ma viande puis, des fruits en compotée pour soit disant terminer sur une note sucré!

(_Bougez-vous Monsieur Untel,remuez-moi ces grosses fesses toutes flasque…_Groumpf un jour Enaé je vous attraperai et je vous montrerai que je ne suis pas si flasque quoi que vous en disiez. Son rire frais, clair,son regard pétillant me mettait la honte aux joues, graine de merdeuse va!)

Moi ce que j’aime, c’est la viande.
J’en mangerai six fois par jour si cela était possible mais voila…Enaé coach employée par ma très chère épouse, qui ne pèse tout mouillée que quarante cinq kilos…a décidé que j’avais besoin de retrouver mon corps de jeune homme quoi! quoi? C’est pas parce que je fais presque deux cent kilos qu’il y a un problème.

Non mais les femmes alors! Elle est pourtant satisfaite de voir son porte- monnaie bien plein, de faire ses courses sans avoir à faire attention et quant elle sort sa carte de crédit n’est ‘elle pas rose de plaisir? Eh si alors, pourquoi ne me fiche t’elle pas la paix? Ah vous voulez connaître sa dernière trouvaille? Okay vous l’aurez voulu.

Le banquier lui aurai dit : » Monsieur Untel ne vient plus, a t’il des soucis de santé? Il est vrai que l’année dernière je l’ai trouvé poussif, pesant. Il a prit énormément de poids, cela me chagrine,peut’ il encore géré ses avoir…ou dois-je en avertir ses conseillers en bourse?

Carolle mon épouse en fut toute retourner. Elle n’en finit pas ses courses c’est tout dire…elle rentra toute échevelée,pestant contre la lenteur du chauffeur et contre les individus stupides qui traversent les rues sans regarder, à croire, qu’ils souhaitent se faire bousculés. Elle tempêtait tant et tant que cela me fit ouvrir un oeil.

_Qu’as-tu Carolle pour pester ainsi de si bonne heure? _Ah toi! Toi et ton corps bouffi, graisseux,il va falloir que tu change. Nous sommes au bord de l’asphyxie . Là,elle me conta ce que le banquier lui avait dit me mettant de ce fait la rate au cour bouillon. -Quoi! Quoi? Mais mon poids signifie ma fortune d’ailleurs je devrais avoir plus d’argent je frise quand même les deux ce….

Carolle furieuse me baffa avec vigueur oups là ça pince quand même ça! -Triple buse, ta fortune te vient de tes avoir,de ton travail,de ta présence, de tes inventions..0ou as-tu vue que cela te venait d’un poids? Qui donc t’as mis cela en tête? _Toi ma douce amie, rappelle toi, il y a trois ans alors que nous voguions vers le pacifique, me caressant le ventre, n’as tu pas dit la voix alanguie: » Mon âme ton ventre vaut de l’or , ne le perd surtout pas ».

_Arggr,mais à cette époque là, tu pesais 120 kilos pour un bon mètre quatre vingt dix huit, aujourd’hui, tu es prêt des deux cent kilos. Je ne vois plus rien. Tu tiens à peine debout. Redonne moi ton ventre rond encore ferme que j’aimai caressé …c’est celui-là que je veux et crois moi très cher époux plus personne ne dira que Untel perd son million.

_Un poids reste un poids qu’importe le mien non?
_Non pesta t’elle plus violemment…Tu feras cela pour moi, car tu m’aime n’est ce pas? Hum que dire à cela! Après huit bon mois de calvaire dans les mains terrifiantes d’Enaé, j’entre-aperçoit une petite chose toute fripée que j’avais presque oublié ( pèse pas bien lourd dans la balance celle-là!)

Elle parvint elle aussi à se dresser mais, bien vite elle perdit de sa vigueur. Je comprends ma femme. J’atteins les cent soixante kilos,j’ai rendu visite au banquier qui, satisfait de ma visite, s’est empresser auprès de mes conseillés en bourse d’admettre son erreur sur ma personne. De dire que j’étais bel et bien vivant et fort mécontent.

La vigueur revenait et de nouveau, je pesais un très bon et beau million d’euros. Etais-je capable de dépassé ce montant? D’aller plus loin encore? De coiffer au poteau ce milliardaire vaniteux,pompeux, vous savez celui qui teint ses cheveux en blond bizarre… celui qui est si maquillé qu’on le croirait tout droit sorti d’une cabine d’UV…Ah être milliardaire,faire la nique à blondinet, me pavanait avec ma douce, être bling bling, dire des âneries plus grosses que moi et être admiré quand même, ( la petite classe beurkk).

Eh bien mon trésor de femme, ne le veut pas. Un bon million suffit à son bonheur alors…qui suis-je pour la contrer hum! Juste son époux et ma petite chose qui n’est plus si fripée souhaitons l’être encore très longtemps.y.l.
sur une idée de Pascal Perrat.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume