Il est doux le temps consacrés à nos amis. Comme la pluie qui ruisselle et gorge la terre d'une étrange saveur. Soyons fidèle et gardons en nous la douceur des heures passées ensembles. Y-L

Essaie, fautes comprises. j'écris mes livres et nouvelles Les âmes changent, les regards aussi, qu'importe le temps passer ici, le temps se fait court et je cours après..Y-L

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Mon monde à l’envers.3.

Etonné, je regarde le numéro qui s’affiche…que me veut mon professeur? Inquiète plus que de raison, je prends la communication.
_ Oui ! Professeur vous désirez?
_ Ah bien, tu me réponds enfin…je pensais que tu serais facher contre moi après la lecture du courrier…il n’en est rien et j’en suis satisfait,alors Mau quelle est ta réponse, j’ai hâte,tu sais que l’on part dès demain, j’ai vraiment besoin de ta réponse, alors!

_ Professeur, je n’ai pas eu le temps de lire votre courrier, pourquoi ne pas m’avoir parler  avant que nous,nous quittions, cela aurait été plus compréhensible du moins pour moi et là voyez-vous,je n’ai pas trop de temps à vous consacrer,mes grands-parents ont subis un choc, je dois d’abord penser à eux et ensuite..
_ Non Mau, tu ne comprends donc pas? C’est ta Grand-mère qui m’a conseillé de t’emmener avec moi, elle a besoin de te savoir en sécurité d’où ma question et le fait que je te harcèle en ce moment. Sache que ta grand-mère est réellement inquiète, je sais qu’en ce moment même, son fils vient sur ta demande donc, ils ne seront plus seuls au contraire Claude prendra bien soin d’eux et tu peux me croire sur parole celui ou ceux qui leur ont fait du mal, vont passer un sale quart d’heure mais, pour leurs tranquillités d’esprit…il faut que tu sois loin d’ici le plus vite possible alors Mau, prends le temps de lire mon courrier, j’attends ta réponse.

Il raccrocha. Le silence m’envahit. Puis, j’entendis la voix grave de Claude et celle un peu stridente du dr Froment.
_ Mes parents sont placés sous votre responsabilité, vous avez faillit à votre contrat, donc je me vois obliger de..
_ Non écoutez moi Monsieur Merzac, écoutez moi, je ne vois pas comme vous, cet incident mineur ne se reproduira plus et…
__Incident! Mineur! Vous avez de ces mots vous, on voit que ce n’est pas votre père qui s’est fait agresser ni votre mère qui est morte d’angoisse au point de me faire venir! Code deux, signifi: » fais venir le fils! » Jamais ma belle-mère n’a fait appel à moi, Mau est toujours celle que ma Belle-mère fait venir pour chaque soucis, sauf en cas de très grosse frayeur. Mon père doit aller à l’hôpital afin de voir s’il n’a pas une commotion et se faire recoudre. Donc, ils ne reviendront pas chez vous, faites le nécessaire afin que le transfert se passe sans problème c’est tout ce que je vous demande.


_ Mais Monsieur …il est difficile à l’heure actuelle de trouver une place dans un établissement comme le nôtre, pour une personne c’est déjà très compliquer pensez donc que pour un couple c’est presque impossible, qu’allez vous faire d’eux Monsieur Merzac?
_ Hum oui, vous avez raison sur ce point là, mais, j’ai la solution, faites en sorte que leurs bagages soient prêt lorsque je reviendrais, c’est possible ça?
_ Maugréant de bien vilaines paroles le dr Froment s’en alla sans  saluer celui qui venait vertement de lui signifier que son établissement n’était pas sécurisé. Il revint vers moi et de sa voix grave me dit: » dit voir toi, pourquoi m’as tu fais venir ici, tu pouvais très bien gérer cette situation, après tout,tu as les pleins pouvoirs non? »

_ Oui mon oncle,mais grand-mère m’a fait comprendre que tu serais plus apte à faire avancer les choses, ne m’en demande pas plus, je ne sais pas ce qui se trame ici,ni dans ma propre vie…sauf que grand-mère à insister auprès de mon professeur d’archéologie pour que je l’accompagne dès demain sur un nouveau site de fouille et non mon oncle, je ne connais pas la situation géographique de l’endroit. »
_ C’est quoi cette arnaque!
_ Comme tu dis, comme tu dis. Tu vas les emmener au  Clos?
_ Je pense que c’est la meilleur solution, ils y seront à l’abri de tous soucis et sous bonne garde. Si tu pars avec ton prof, tu préviens tes deux frères?_ Oui mon oncle, je crois que c’est nécessaire cette fois. Ils ont eux aussi le devoir d’aider leurs grands-parents. Après tout…ils ont étés bien tranquille durant ces six ans, n’est ce pas? Ils vont devoir les prendre en charge pour changer et puisque toi tu les protège…cela m’enlèvera ce souci de l’esprit au cas ou je prendrais la décision de partir.

_ Tu sais ou ils sont?
_ Oui Grégoire se trouve en ce moment en Australie Sud. Austin lui est resté en Caroline du Nord donc joignable et il est probable que ce soit lui qui reprenne le flambeau le temps que je revienne si, je décide de partir, tu en pense quoi mon oncle?
Il se mit à rire et en faisant cela il me sembla plus jeune, son visage prit cette expression de jeunesse qu’il ne devait montrer à personne hormis ses plus proches amis si tant est qu’il en ai, il se montrait si froid, il est vrai que son métier le forçait à cela mais quand même…il pourrait se montrer plus humain avec ceux de sa famille, bref, on ne peut se refaire n’est ce pas?

_ Je crois que ton frère va te maudire surtout si son taf fonctionne aussi bien qu’il le dit.  Je l’avoue, le rire de Claude était en ce moment même une petite étincelle dans mon monde à l’envers. Je venais soudain de basculer dans un autre univers où semblait-il , je me trouverais en danger et qu’il faille pour survivre se fondre dans la masse ou disparaître complètement d’où le voyage…oui mais vers ou? Je suivis mon oncle et le silence devint pesant. L’ambulance se dirigea vers la clinique Sainte-Chlotilde de Malakie…et je compris pourquoi Claude avait choisis celle-ci plutôt que l’hôpital.

_ Elle se situe non loin de ton travail n’est pas mon oncle?
_ Oui Mau et surtout ceux qui y travaillent , sont digne et ils sont  reconnu comme  possédant de   très grande compétence , c’est important en ce moment ou tout va mal. Je ne compris pas , il le vit à mon air un peu égaré et d’une voix douce, il me dit: » tu ne lis pas les journaux Mau, tu ne t’intéresse pas à la vie en générale, mais les médecins, les infirmiers ( ères) le personnels hospitaliers dans son ensemble, traverse une crise et personne ne semble capable de remédier à cela, il faut quand même comprendre que ces gens là, travaillent pour notre bien être, si les pouvoirs publics ne comprennent pas ça!!!

Enfin, la clinique ne traverse pas encore ce genre de crise alors! Donc si je te comprends, tu ne sais pas si…tu pars? Et si tu pars, tu lâches ton frère tout  seul avec les grands-parents à gérés? Ben ma p’tite, je crois que tu vas te faire un ennemi en plus de ceux qui te cherche des poux…dis moi donc dans quel merdier tu t’es mise?
_ C’est ça le problème oncle Claude, j’en sais fichtrement rien et je suis dans le vague le plus complet. Je vais prendre le temps de lire le courrier de mon prof et peut-être que là…il y aura un semblant de solution. Je souris bêtement à mon oncle qui me fixa d’un aire de dire: » dis donc t’as peut-être la solution à ce merdier et tu n’as rien fait ou du moins pas prit le temps de lire cette fichue lettre? » Ses sourcils levés, il me fixa , ses yeux devinrent durs , ses lèvres se pincèrent, j’attendis l’orage.

Il souffle un grand coup, puis me murmura un  » désolé petite,mais je crois que tu prends le problème à l’envers, lis cette lettre et dis moi ce qu’il en est, reste dans la voiture. Appelle moi,mon portable reste ouvert, ne pars pas sans me dire ce qu’il en est Mau d’accord? » Je hoche la tête,mon coeur bondit dans ma poitrine et ma respiration se fait haletante.
_ Mau, calme toi, respire doucement tu hyperventile là, alors je sais qu’on est à la clinique mais bon, j’ai pas envie de t’y emmener en plus des deux autres, respire Mau, calme toi petite, aller, je suis pas loin d’ac? Souriant faiblement, je lui fais signe que oui, il me tend sa main et je m’y agrippe comme une noyée à sa bouée. J’ai envie de pleurer,mais il sert très fort ma main et cela me donne de la force.
_ Je vais lire cette lettre mon oncle c’est promis. Il sort du véhicule et me fait un petit signe de la main…j’ai compris, j’actionne la fermeture des portes puis, je prends la lettre.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume