Il est doux le temps consacrés à nos amis. Comme la pluie qui ruisselle et gorge la terre d'une étrange saveur. Soyons fidèle et gardons en nous la douceur des heures passées ensembles. Y-L

Essaie, fautes comprises. j'écris mes livres et nouvelles Les âmes changent, les regards aussi, qu'importe le temps passer ici, le temps se fait court et je cours après..Y-L

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Mon monde à l’envers.2.

Un autre jour alors!
Mau regarda tout autour puis prit place comme à son habitude au fond du bus quoi que cette fois, la place était prise. Mau fit marche arrière et se laissa tomber sur la dernière place de libre. Comment cela se…mince!  Ils étaient assis l’un à côté de l’autre. Le jeune homme avait son téléphone coincé contre son oreille et semblait fulminer contre son interlocuteur. Encore une langue…non, celle-ci était reconnaissable, du vieux russe,incroyable,on trouvait encore des jeunes capables de parler ces anciennes et si difficiles langues dites mortes! Mau écouta se délectant du phrasé, calquant presque sa respiration sur celle de son compagnon de siège. Soudain-Mau se rendit compte du silence mais, ne fit rien qui puisse prouver de l’écoute de la conversation. La place Giflard approchant Mau se leva et attendit l’ouverture de la porte. Sans un regard en arrière, ses pas l’emmenèrent à l’hôpital Saint-Martin-de-Gorges ou ses grands-parents y étaient admis depuis presque trois ans. A peine passer la grande porte que l’infirmier lui sauta dessus si on peu dire.

_Ah te voila, écoutes Mau,il faut faire quelque chose là, c’est plus possible, j’ai pas pu te joindre aujourd’hui!
_ Pourquoi, il y a eut un souci d’ordre médical important que vous vouliez me joindre Francis?
_ Non, pas de cette urgence là Mau, mais quand même, tu vois si cela avait été de cet ordre, comment te joindre,tu peux me le dire?

_ Ecoutez j’étais au bahut, même si les cours sont finis depuis plus de deux semaines, même si on a eu nos résultats, eh bien, j’étais avec ceux et celles qui voulaient partagés des moments importants avec les profs sachant que l’année prochaine…
_Oui, je te suis sur ce raisonnement mais quand même..
._ Quoi Francis qu’y at-il d’important?
_ Hum, rien, mais il faut que tu penses à ce que je t’ai déjà exposé..
._Non mais dès fois!!! Vous n’êtes pas normal vous, vous le savez ça! Je vais devoir vous…
_ Rien du tout Mau,penses à tes grands-parents compris?
_ Vous me menacez Francis, c’est ça, vous me menacez?
_ Tout de suite les grands mots Mau, tiens ça rime, c’est cool tu trouves pas! Mon regard de glace le laissa indifférent cet homme me fout une trouille monstre et j’ai pas le choix.Je cherche à le contourner mais, il déplace son grand corps et m’empêche de passer, j’en ai ma claque

._ Ou vous me laissez passer Francis ou je hurle.
_ Il ricane grassement et me fait signe de passer oui mais, si je fais ça, je vais devoir froler son corps et rien que d’y penser mon être tout entier se révulse d’horreur

._ Mau! Mau! vous voila enfin …venez me voir, Francis laisse passer tu as compris! Ouf le dr Mathilda froment vient à mon secours. Je me rue vers elle, étonné que ma visite pourtant journalière soit attendu avec cet empressement, que se passe t’il donc aujourd’hui?
_ Viens avec moi Mau, je dois te tenir au courant de ce qui s’est passer hier soir,je voulais …bref, viens avec moi. Ses pas nous conduisent à la double chambre de mes G-parents . L’inquiétude me ronge et je ne comprends pas pourquoi mon téléphone n’a pas 
fonctionné. Si j’en crois Francis et le dr Froment,ils ont essayer de me joindre et leur motif doit être important et là, j’ai un gros souci si je ne peux faire confiance à mon portable.

_ Docteur je n’ai pas eu d’appels que ce soit de vous ou de Francis,je ne comprends pas ce qui se passe, mon portable est charger et je ne l’éteins jamais au cas ou!  Si vous ne pouvez me joindre,je…
_ Non Mau, je ne t’ai pas laisser de message et crois moi Francis n’a pas ton numéro, ne tombe pas dans son jeu en lui offrant sur un plateau ton numéro c’est ce qu’il veut pour mieux te contrôler, je sais pas ou ça va le mener mais…s’il va trop loin Mau, porte plainte c’est un conseil avisé que je te donne là, Francis est de plus en plus étrange depuis quelques jours. En fait il a changer depuis que tu as eu ton accréditation, voila, alors fais attention à toi.
_ Mon accréditation à quoi Docteur? fais-je  étonné, je ne comprends absolument pas ce qui se passe.Elle frappe et une petite voix douce se fait entendre. Grand-mère et son timbre spéciale, sa voix grésillante, narquoise, qui donne toujours cette impression étrange qu’elle se fout royalement de ta gueule…ça c’est la voix de ma douce et pétillante grand-mère et au moins elle, elle va bien, j’en suis pour le coup rassurer.

_ Entrez donc au lieu de tambouriner contre cette fichu porte, c’est pas Mau, Mau ne frappe pas, entrez donc braille t-elle plus fort. Le sourire aux lèvres j’ouvre plus vite que le dr Froment, qui d’une tape sur la main, me fusille de son regard ambré
._ êtes-vous visible Madame Kluskich? Hein! c’est quoi ça, c’est nouveau! Le Dr Froment répète sa question et le rire narquois de ma grand-mère résonne dans la chambre._ Que se passe t-il docteur?
_ Mau braille ma grand-mère, Mau s’est toi? Entre mon petit viens vite il y a urgence deux. Là, je fonce, urgence deux un code que ma grand-mère et moi avons mis au point. Code un, pas trop de souci, code deux urgence, code trois la mort n’est pas loin. Je vois grand-mère assise par terre à moitié vêtue d’un drap sale et tenant la tête ensanglanté de grand-père.

_ C’est quoi ça? ma question s’adresse au dr Froment qui est blanche comme un linge et semble ne pas comprendre ce qui se passe dans son service.
_ Je ne comprends pas, qui a oser faire cela Madame Kluskich?
_ Votre infirmier bizarre, celui à la tête de con et aux yeux vérons…c’est lui qui a assommé mon Hector d’un coup de poing et Hector ne se réveille pas, Mau sorts nous de là, code deux Mau.
_  Une sonnerie stridente se fait entendre le dr Froment a sonner l’alarme et deux infirmières entrent dans la chambre ne se doutant de rien, elles sursautent en voyant mon g-père étaler sur le sol le visage en sang et ma g-mère le tenant à moitié vêtu. J’ai déjà mon téléphone en main,j’ai pris quatre photos, des preuves, j’ai besoin de preuve pour la suite, puis…j’appelle la police
._ Vous demandez qui résonne une voix fatiguée.
_ je veux parler à Claude Merzac s’il vous plaît,code deux
._ Qui le demande?
_ Mau Kluskich.
_ Ah, vous! bien je vous transfère l’appel à son bureau ne raccrochez pas._ Une voix rocailleuse résonne
_, Mau! c’est bien toi?
_ Ouais code deux Claude, viens à..
._ Oui, je sais ou ça se trouve,j’arrive, des blessé Mau?
_ Grand-père est blessé à la tête ou au visage j’en sais pas plus, grand-mère est presque nue Claude et elle est apeurée, tu la connais…pas son genre…viens vite Claude.
_ Ouais j’arrive, gardes ton calme Mau d’ac?
_ Oui Claude,mais fais vite.
_ Mau vous auriez du attendre avant que d’appeler Monsieur Merzac, vous pensez bien que nous allons faire notre enquête pour comprendre ce qui vient de se passer ici, alors pourquoi faire appel à des externes?
_ Claude est le fils de  mon grand-père et de ce fait,il doit savoir ce qui se passe ici, son père vient d’être salement blessé,il ne comprendrait pas si  je ..
__Oui, bien sûr, j’avais oublier ce détail!
Un détail? Comment ça un détail! Le bon docteur ne semblait pas net d’un coup elle venait de perdre tout le crédit que j’avais placé sur elle. Code deux,donc g-mère avait ses raisons, Claude les trouveraient lui. Mon téléphone se mit à sonner. Etonné je regarde le numéro et là, je le suis encore plus, étonné. Que me veut mon prof?

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume