Il est doux le temps consacrés à nos amis. Comme la pluie qui ruisselle et gorge la terre d'une étrange saveur. Soyons fidèle et gardons en nous la douceur des heures passées ensembles. Y-L

Essaie, fautes comprises. j'écris mes livres et nouvelles Les âmes changent, les regards aussi, qu'importe le temps passer ici, le temps se fait court et je cours après..Y-L

23 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Chaque nuit, rue de la pompe, une paire…

Chaque nuit, rue de la pompe, une paire de mocassins s’échappait du présentoir sur lequel elle s’exposait le jour, pour se dégourdir les semelles.
Personne, jusque-là, ne l’avait surprise. Mais un soir, deux petites sandalettes lui emboîtèrent le pas.

-Dis tu bat la semelle pour qui? demanda naïvement la petite paire.-Oh! Tu m’as fait peur toi, d’ou tu sorts?-Du vieux présentoir dans l’arrière boutique, j’ai vue ton manège et ça m’a agacée quand, personne n’a sut me dire ou tu allais.
_Quoi! les autres sont au courant?_ Mais non te dis-je, juste moi et deux vieilles pie escarpinées de dorure donc, tu t’affoles pas, c’est moi la plus sûr des trois. ..vue que les deux vieilles ne font plus de battage de quartier, j’ai décidé de t’accompagnée, je veux voir ton beau monde et peut-être que je rencontrerai un prince, mon prince charmant…rien qu’à moi….son petit rire fusa .
 
_Mais tu es folle ma petite paire. Je bat le pavé pour me dégourdir les semelles, je m’use les flancs à ne rien faire, je me ratatine au soleil et je sèche ,mon cuir se détériore,j’en avais assez de turlupiner ainsi pour des nèfles.
 
Sandalette rougit mais de colère, quoi! tu veux tout pour toi! tu trouves pas que cette partie du pavée est assez digne pour nous deux, que cette espace là est assez  vigoureux pour nos semelles?

_ Tu n’y es pas petite, je ne cherche pas ce genre-là, je te laisse le tout si tu y tiens moi-je…_Quoi? Toi quoi dis-le à la fin j’enrage et je m’use moi!_Ecoutes moi bien petite paire, je recherche la p’tite paire de bottine noire et argent, tu te souviens peut-être d’elle, toi qui vit si près du stock?
_ Ben, oui, je vois bien de qui tu causes là, mais…j’ai pas le droit de parler de ça.
_ Quoi! pourquoi donc, on est ami tous les quatre non?
_ Pfuit que tu dis, que tu dis. Si je te parle d’elle et que sieur Jean l’apprends, mon cuir va cuire pour sûre!
_Oh! vue comme ça, je te comprends, bon tu me laisses fillette,j’ai d turbin à faire et un rat à voir, files donc rue du cuire tendu et laisses grands prendre les coups tordues en flag.
_Oh éh! ça va hein, je vais te dire ce que j’ai entendu il y a de ça quatre mois…Bottine se faisait remonter les bretelles par sieur Jean, il ne comprenait pas pourquoi elle ne battait pas le pavé chaussée par de jolie jambes dorées. Bottine lui expliqua qu’elle avait essayé de tenter deux belles jeunes paires de jambes mais, que l’une d’elle avait bondit pour des mocassins de velours gris et que l’autre, avait vite fait de même, craquant pour d’autres mocassins de velours bleu.


Et depuis lors…plus personne ne voulut l’essayer, trop chaud pour des bottines entendait ‘elle dire. Sieur Jean est entrer dans une fureur sans nom, il a battu bottine si fort que deux lacets se sont cassés. Puis, il l’a emmener au sous-sol et là…tu sais bien ce qu’il arrive à ceux et celles qui vont faire un tour là-bas hein!
_ Bien non répondit Mocassin tout ouïe. Racontes moi…
 
_ Ecoutes pas ici, on se donne rendez-vous demain rue de l’air qui passe, tu es d’accord? Pas un mot à qui que ce soit!
_ Oui, rue de l’air qui passe, mais c’est la rue qui mène à…
_Chutt ne dis rien mocassin, je rentres,tu bats encore longtemps?
_ Non, juste un quart d’heure et je rentre, le jour va bientôt se lever….Mocassin continua encore un peu à battre de la semelle puis soudain, elle se figea.

Deux grosses mains se saisirent d’elle et avec un rictus à faire froid dans le dos elle entendit: » Bof pour des filles, bon les escarpins c’est finis,tu feras l’affaire de Jeannette, elle sera ravie et vous deux vous ferez un bon travail.Le rire gras du tordu accompagna ses pas et Mocassin se maudit de n’être pas rentrer avec sandalette. Un soir, alors que sandalette battait le trottoir, elle avisa un petit tas tout miteux, gras et passablement usé.

_ Ola, que voila une belle cochonnerie.qui donc voudrais de ça?
_ Sandalette c’est toi?
_ Qui, qui es tu?
_ C’est moi, mocassin tu te souviens pas?
_ Mocassin! ola la, tu as trop battu de ta semelle t’es toute usée et vielle, qu’as tu fait de ta vie?_C’est une bien longue et triste histoire ma petite sandalette et si tu as un peu de temps,je te raconterais mon histoire.
 

Ainsi, par amour pour une paire de bottine noire et argent, Mocassin perdu son prestige par une nuit de printemps, la jeune Sandalette toute goguette frémit de peur en son jeune coeur, si, si elle avait trottiner plus avant…elle aussi, elle serais toute usée et bonne à jetée, elle promit de bien écouter et fut vendue un soir d’été.
 
 
Une petite fille joua longtemps avec ses sandalettes aux pieds, le sable, les cailloux, le macadam rien ne l’arrêtait ensemble elles étaient si forte, sandalette crut que cela durerai la vie entière, mais, les pieds de la fillette grandirent et sandalette connue de nouveaux pieds l’été d’après. Sandalette avait bien reçu de Mocassin le conseil de  bien  rester sage sur son présentoir ce qu’elle fit  et jamais elle ne battit le pavé pour rien.
( sur une idée de Pascal Perrat).
y-l.

Rêve Errances |
Tournai la Page |
skyim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NeW m0on EdWard
| Cailles Books
| ecritplume